Accueil > BRIELLES > Histoire et patrimoine

Histoire et patrimoine


Vue de situation sud

Le village de Brielles


Centré sur son église et la place qui l'entoure, le bourg de Brielles conserve en grande partie la structure qu'il avait en 1810, date de la levée du cadastre dit 'napoléonien'. La transformation la plus notable est le percement de la rue de Bretagne dans la partie ouest du village, reliant la route d'Argentré à la rue du Maine. La circulation empruntait autrefois soit l'actuelle impasse de Beau Soleil et un gué sur le ruisseau au nord, soit l'actuelle rue des Lavandières au sud. Cette dernière doit son nom à un lavoir aujourd'hui détruit.


La densification du bâti s'est effectuée le long des axes principaux dans la seconde moitié du 19e siècle et au début du 20e siècle. A cette période, le village se modernise, peut-être à la suite de la reconstruction de l'église paroissiale en 1859 ; de nombreux bâtiments sont reconstruits ou remaniés, les équipements collectifs, en particulier les écoles, sont édifiés.
Pendant la seconde moitié du 20e siècle, des lotissements sont construits à l'ouest et au sud-est du village, à l'écart du tissu ancien. De nombreuses habitations, ainsi que les fermes situées aux entrées du bourg, sont rénovées ou fortement remaniées. L'ancien presbytère est devenu la mairie de la commune.


L'église de Brielles


L'église de Brielles, donnée à la fin du 11e siècle à l'abbaye de Saint-Serge d'Angers qui y établit un prieuré, est mentionnée dès 1087 en tant que paroisse. Dédié à la Sainte-Trinité, un nouvel édifice a été construit en 1859 dans le style gothique, sur les plans de l'architecte diocésain Jacques Mellet. Le bâtiment était, jusqu'au début du 20e siècle, entouré par le cimetière aujourd'hui transféré à l'entrée ouest du village. Ce dernier renferme une croix datée 1884 et signée par le sculpteur de Lannion Yves Hernot.

Au XIXe siècle, une statue en cire de Sainte Anastasie est placée dans un chassis en bois peint vitrée, dont la forme est inspirée par les chapelles médiévales.

Consécutivement à la reconstruction de l'église, le mobilier est entièrement renouvelé, dans un style qui répons à celui de l'édifice néo-gothique. Ce mobilier est produit par l'atelier rennais Hérault, spécialisé dans la menuiserie, qui conçoit et fait réaliser aussi des autels en pierre, comme ceux de l'église de Brielles.


L'église



L'activité agricole


Le dictionnaire de Jean-Baptiste Ogée rapporte qu'au 18e siècle, les terres de Brielles sont 'bien cultivées et fertiles en toutes sortes de grains' tandis qu'au milieu du 19e siècle, 'le pays fournit beaucoup de toiles [..] et exporte à Laval beaucoup de cidre'.


Si ces activités ont aujourd'hui disparu, la fabrication de cidre était encore importante au début du 20e siècle, si l'on en juge par la place occupée par les celliers dans les habitations construites à cette période.


L'agriculture reste cependant la principale source de revenus au milieu du 20e siècle, le recensement de 1946 indiquant que 63 % de la population, reparti sur 86 exploitations agricoles, vit de cette activité. 
.





 
Service proposé par Magnus - Powered by MagicSite